Pour le plaisir d'apprendre et de découvrir...



Se « gosser » une vie à hauteur d'homme

(Vincent Vallières)

Éric Deschamps - d'étudiant en actuariat à photographe animalier
Crédit photo : Éric Deschamps
Éric Deschamps - d'étudiant en actuariat à photographe animalier

Vivre dans la grande ville ou en région? Combien se sont déjà posé la question. Et puis, au terme d'une réflexion ou tout simplement d'un coup de cœur, la décision tombe. Pour certains, ce sera un choix définitif et pour d'autres, la remise en question émergera tôt ou tard.

Toute ma vie, j'ai vécu en « région », parfois même en région dite éloignée. Je pense ici à l'Abitibi, à la Côte-Nord, au Saguenay-Lac-Saint-Jean et au Bas-Saint-Laurent. J'ai ensuite étudié en Mauricie et depuis plus de 35 ans, je réside en Estrie. Une longue boucle à travers le Québec, qui m'a finalement ramenée aux sources, là où mon père est né. Est-ce le hasard ou si ces chapitres de vie étaient déjà écrits? Je vous laisse à votre propre réponse!

Depuis quelque temps, j'entends des personnes dire : « À ma retraite, je m'installe dans le Bas-du-Fleuve. Je vais prendre le temps de vivre. » J'ai aussi lu quelques histoires qui vont dans ce sens, celles de jeunes gens ayant choisi de se soustraire au mode de vie effréné dans lequel ils s'étaient lentement mais sûrement enfoncés. Je me rappelle m'être dit : « Mais quel courage et quelle audace! », sachant pourtant que c'est hors de notre zone de confort (ah! ce mot!) que nous évoluons et apprenons le plus.

Deux très beaux récits ont retenu mon attention… J'ai pensé les partager avec vous.
Il y a d'abord l'histoire de ce jeune avocat prospère travaillant à Montréal qui, un jour, a choisi de tout laisser derrière lui pour s'installer en Gaspésie. Depuis, il vit à Gaspé, y travaille et y a fondé une famille. Le style de vie dont il rêvait n'était pas qu'un mirage. De sa maison, située à quelques pas du bureau, il voit la baie de Gaspé et le soir, il pêche. Il a trouvé son bonheur au bout d'une péninsule, face à la mer où il prend le temps de regarder le temps s'écouler.

Hier, j'ai lu avec intérêt un article relatant le parcours d'un jeune homme, étudiant en actuariat, qui a abandonné ses études pour s'établir à Cap-Chat, en Gaspésie (eh oui, lui aussi). C'était en 2016. Depuis, Éric Deschamps s'est découvert une double passion pour les orignaux et la photo. Au fil du temps, il s'est intéressé à d'autres animaux qu'il prend aussi plaisir à photographier. Il publie d'ailleurs ses meilleurs clichés sur sa page Facebook, de plus en plus populaire. Destiné à une carrière de calcul des probabilités et de statistique, c'est dans les Chic-Chocs qu'il s'est fabriqué un bonheur sur mesure.

Et dans ces deux cas, aucun regret, aucun retour en arrière n'est envisagé… Lorsqu'on est heureux, a-t-on vraiment envie d'y changer quoi que ce soit? Poser la question c'est aussi y répondre, n'est-ce pas?

Tout le monde n'a pas à déménager ses pénates au bout d'une péninsule, sur le bord d'un lac perdu ou en bordure d'une forêt lointaine pour s'épanouir, mais tout le monde a le droit de se poser la question : qu'est-ce que je veux faire de ma vie? Lorsqu'on connaît la réponse, la décision suit… ou pas, c'est selon!

Céline Thibault
Chroniqueuse

https://www.facebook.com/ericdeschampspublications/
www.natureenvue.com

Des toupies qui font tourner les têtes...

Plage de Haldimand, près du centre-ville de Gaspé
Plage de Haldimand, près du centre-ville de Gaspé

Caribous - Chics-Chocs
Caribous - Chics-Chocs
Crédit photo : Éric Deschamps










Merci à nos partenaires

Langevin et Forest, Les connaisseurs de bois



Lee Valley
Partenaire officiel des Rendez-vous des passionnés



Outils Viel



Slic



Défi Polyterck



ATBQ